J’ai découvert le blog de Fabien de Montargy quelques jours après sa publication, comme l’envisageait notre auteur. L’ironie veut que j’en sois l’un des premiers lecteurs, mais ça fait partie du boulot ; après la première dizaine, on s’y fait.

Donc, bien avant que le blog soit relayé par Morsure.net, par Un jour, un site et plein d’autres encore, j’épluchais déjà soigneusement le fond et la forme (analyse psycholinguistique, idiolecte…) afin de cerner le personnage (dans tous les sens du terme).

L’accroche elle-même a tout ce qu’il faut de dramatique, pour attirer âmes en peine et autres gothiques esseulés. Nuit après nuit, venez écouter son histoire, ses réflexions et ses coups de cœur (un peu comme les coups de cœur du télé-achat). Bref, un plan marketing bien rôdé. Croquez à pleines dents, bonnes gens !

Une rapide recherche sur Google[1] a tôt fait de nous renseigner sur les véritables motivations de l’auteur : le fric.

En effet, le blog de Fabien de Montargy apparaît en toute première position sur Google sur la requête vampire :

Première position sur Google : Blog correspondants…

Plutôt réussi, comme plan, non ? Et comme tout bon commercial, il a pris en compte la publicité négative (en l’occurence, que des gens comme moi créeraient un site de debunking) pour participer au buzz. J’applaudirais des deux mains si le sujet ne me concernait pas directement.

Maintenant, comme il n’y a pas de pub sur le site, j’imagine qu’il s’agit d’un plan pour préparer la sortie d’un livre. Si vous voyez un roman sur Fabien de Montargy dans le commerce, ne soyez pas surpris.


  1. Malgré ses limitations, Google reste très utile pour un professionnel de la veille par ce qu’il est la mesure de toute recherche pour le grand public.