Dans l’article précédent, je me suis attaché à décrire les différentes motivations pour chasser le vampire. Cependant, la croyance aux vampires n’est évidemment pas chose commune.

Une écrasante majorité d’humains (à commencer sûrement par vous, ainsi que – presque – tous les chasseurs avant qu’ils n’« embrassent » leur carrière) ne croit pas aux vampires. Là encore, les raisons du scepticisme ou du refus sont multiples.

Pour la très grande majorité des êtres humains, les vampires sont une fiction de film d’horreur ; explication qui les satisfait complètement. Quant à « ceux qui savent », ils sont dans leur ensemble tout à fait contents de laisser les autres le croire. Déjà qu’on a fort à faire à s’entre-tuer, on ne va pas en plus s’occuper de la communication…

Blague à part, ceux qui ne croient pas mordicus aux vampires se partagent en deux catégories (comme dirait Tuco) :

  • ceux qui considèrent le vampire comme une simple fiction. C’est l’interprétation la plus simple et la plus répandue. Pour les besoins de notre taxonomie, appelons-les les incrédules.
  • ceux qui doutent que ce soit simplement une fiction. Les raisons sont multiples et seront examinées dans de futurs articles. Nous les nommerons les sceptiques.